Sur l’auteur

 

          Myriam Wahli est née en 1989 dans le terreau industriel qu’est le jura bernois. A sa majorité, elle s’en échappe pour aller étudier le cinéma, la philosophie et la littérature à l’université de Lausanne. De retour à Bienne en 2011, elle publie successivement Petites épiphanies du quotidien et Essai sur un vieux dans la collection 8pA6 des -36° Editions, maison basée aux Bayards (NE). En 2012, elle prend la responsabilité éditoriale de cette petite collection aux côtés de Théa Spiri qui s’occupe du graphisme. Mangeuse de livres, ses maîtres sont de ceux pour qui le contexte, la nature, le paysage occupent une place autant – si ce n’est plus – importante que celle des personnages eux-mêmes. Parmi eux, on trouvera surtout des classiques comme Victor Hugo (L’homme qui rit), Ramuz, ainsi que quelques écrivains de langue portugaise et hispanique comme Pessoa et son Livre de l’Intranquilité et Gabriel Garcìa Marquez (Cent ans de Solitude). Le poids des poissons perdus est son premier recueil de nouvelles.