Née en 1977 dans la cité de Calvin, Francine Bernhard prend volontiers le train pour s’en éloigner. Tandis que d’autres ont l’appel des grandes villes, elle revendique un certain plaisir à circuler à contre-courant. En étudiant à Lausanne, en s’établissant à Bienne, puis en travaillant successivement en Inde et en Haïti, elle cultive l’art de s’expatrier, non sans y glaner au passage quelques souvenirs à partager. Sa seconde mission humanitaire prépare la fin d’un engouement pour le milieu des soins, et creuse le nid de nouvelles aspirations. À Bienne, elle pose ses valises à cheval entre deux cultures, et passe allègrement du tensiomètre au tableau noir, des soins au savoir. Haïti sans T est son premier livre, qui retrace son expérience d’infirmière expatriée sur l’île des Caraïbes, entre 2004 et 2005.